Su la pllièce yô faudrâi ître…

bio agri

Su la pllièce yô faudrâi ître… Yô lo patois l’è l’invitâ d’honneu !

Et ouais le patois vaudois s’invite à la Foire Agricole ! Parce qu’entre le prix des charrues déchaumeuses dernier cri et les expositions de sensibilisation prévues par Greenpeace, le WWF ou Stop OGM, on s’est dit qu’un peu de truculence verbale vous requinquerait. Car faut bien l’avouer, certaines expressions vaudoises sont franchement tordantes. Le patois vaudois, interdit en 1806 par les autorités, serait sans doute tombé dans l’oubli sans le travail acharné de quelques passionnés, qui aujourd’hui encore, continuent à recenser, explorer, transmettre et faire briller ce doux verbiage.

Regroupés en divers groupes selon leurs intérêts, et sous l’égide de l’Association Vaudoise des Amis du Patois, ces beaux parleurs des terroirs seront les rois de la Foire. Ils tiendront un stand rien que pour batoiller, vous pourrez donc les interroger sur les mystères étymologiques qui se cachent derrière la cramine, la modzon ou la chotte. Quelques animations devraient aussi vous permettre de tester votre niveau de compréhension, et d’estimer si niveau vaudois vous êtes plutôt taguenet ou carrément bedoume. Et pour vous prouver cette passion, c’t’équipe proposera de nombreux ouvrages et publications, de l’érudit « Langage des Vaudois » de Bernard Gloor, au ludique et multimédia « Câise-té ! Batoille » en passant par des dictionnaires, contes vaudois illustrés et autres recueils de textes traduits en français.

Mais plus qu’une présence derrière un stand, le patois vous accompagnera tout au long de vos pérégrinations à Grange-Verney, entre les écuries et les auberges, les champs et les salles de classe. En effet, l’en semble de la signalétique qui vous permettra de vous diriger sur le domaine de l’école d’agriculture sera en patois vaudois. Avec traduction en français, le but n’étant pas de vous faire tourner en rond non plus ! Par ailleurs, un chœur de patoisants et patoisantes du Jorat ou du Lavaux, Lè Sansounet, viendra interpréter de nombreux chants en patois. Les choristes, malgré leur âge souvent respectable, ne rechigneront pas à la tâche et se produiront à plusieurs reprises pendant le week-end, nous faisant découvrir des chansons issues de la tradition vaudoise, composée directement en patois ou traduites plus tard.

Et pour ceux d’entre vous qui se découvriraient une passion pour cette langue très imagée, notez déjà quelque part les dates des 22 au 24 septembre 2017, c’est à ce moment qu’aura lieu la fête romande et internationale des patoisants, à Yverdon. Car non, le patois n’est pas une particularité vaudoise, ni même valaisanne, et on en trouve également en France ou en Italie. Et si vous voulez l’apprendre d’ici là et vous donner ainsi un challenge de taille pour la sauvegarde de notre patrimoine parlé, sachez qu’il existe des groupes de parole, à Savigny, à La Chaux ou à Chexbres, entre autres.

Toutes les informations et bien plus encore sur www.patoisvaudois.ch